Instantanés en histoire de Haute-Alsace

Mulhouse, petit bourg né vers l'an 1.000 dans un confluent marécageux, entre dans l'histoire lorsqu'un empereur du Saint Empire Romain germanique lui octroie le statut de ville libre impériale.

Au cœur d'un nœud de communication, les Mulhousiens développent de multiples activités artisanales derrière leurs remparts et cultivent la vigne sur la colline du Rebberg. Le pouvoir politique et économique est entre les mains des bourgeois, émanation des organisations corporatives toutes puissantes.

Pour se protéger des visées des empereurs et d'autres envahisseurs, Mulhouse conclut des alliances, d'abord avec les villes de la Décapole alsacienne, puis avec les cantons suisses, auxquels elle reste liée jusqu'en 1798.

Auparavant, les Mulhousiens adhèrent à la Réforme, dont les préceptes dominent pendant près de trois siècles. En 1746, la création des premières manufactures de tissus imprimés entame la rupture avec un demi millénaire de corporatisme médiéval et lance la ville dans la révolution industrielle.

Mes travaux présents sur le site illustrent plusieurs phases de l'histoire de cette ville singulière :

La guerre des 6 Deniers de 1468La guerre des Six Deniers de 1468 qui entrainera la destruction de nombreux villages sundgauviens. Convention d'adhésion entre la Confédération Helvétique et MulhouseTranscription et traduction de la Convention d'adhésion entre la Confédération Helvétique et Mulhouse
du 19 janvier 1515
Le début de la Réforme dans la ville de MulhouseLe début de la Réforme dans la ville de Mulhouse
[1522-1523]
Le mariage protestant à Mulhouse entre Réforme et RévolutionL'esprit de la ville et les mœurs de l'époque au travers des lois du Mariage protestant, et la chronique du Maire Hack relatant l'apogée de son industrialisation. Boeing inspiré
par Aviatik :
mythe ou réalité ?La présence
de W. Boeing
en visite chez son oncle et en apprentissage au sein de l'entreprise Aviatik à Mulhouse.
Les œuvres de Johann Baptist Heinis, Poète AlsacienLes œuvres du Curé Heinis
à cheval sur les deux variantes  du dialecte alémanique ; véritable tableau des mœurs de son époque.

 

Bas relief de la ville de MulhouseBlason de la famille JurascheckDommage que le flambeau ait été perdu en notre temps !

Je remercie aussi André Heckendorn qui par sa connaissance des archives de Mulhouse et de son histoire, a pu me procurer certains documents d'époque peu connus, fondamentaux quant à la connaissance de l'histoire de cette cité à la fois si attirante et à nulle autre pareille.

Bonne visite

Les débuts de la Réforme à Mulhouse

Se basant sur des documents d'époque et anciens encore existants
F.Jurascheck et A Heckendorn

Ce travail, avec sa présentation inhabituelle, destinée à une meilleure compréhension des sources référées, a pu être réalisé grâce à une longue habitude des écrits de l'époque dont les textes en langue allemande sont présentés avec une traduction faite avec conservation de ses archaïsmes. La présentation des personnages de premier plan précède l'évolution des faits pour mieux établir leur importance et leur individualité particulière.

Les Sources

1. Kuntz J. Einführung der Reformation in Mülhausen ; Bauer, Strassburg, 1888

2. Tournier G. Die Reformation in Mülhausen ; Zur Heimat, Illzach, 1894 Divers documents d'époque

3. Édit sur l'Introduction de la Réforme à Mulhouse de 1523

4. Les lois du mariage à Mulhouse entre Réforme et Révolution. (1555-1798)

Divers documents

Écrits qui concernent la Réforme de l'église locale, relatés par le Diacre Zündel de Guebwiller en 1758 :

5. Sieur Jean OECOLAMPADIUS (-Hausschein), Pasteur (Prédicateur) à St Martin à Bale écrit à notre Conseil siégeant ici le 18 Aout 1526 et lui fait part que sa demande pour un pasteur de l'église locale vient d'être satisfaite ; il s'agit du Sieur Jacob Augsburger qui est bien formé dans le service divin, et en plus sensible, prudent, d'un jugement sur, de bonne réflexion et savant en outre.(1526)
Toutes ces raisons font qu'il a été détaché à Mulhouse.

6.Écrit du Docteur Wolfgang Capiton (-Köpfel), un Reformator membre de la Communauté Réformée de Strasbourg au Grand Conseil (GC) du 2/12/1525 dans lequel il propose deux personnes en tant que Pasteurs à la communauté Mulhousienne, à savoir Boniface Welfhardt et OTTO BINDER auquel l'auteur donne une excellente attestation.(1525)

7. Lettre du même (16/12/1525). Elle annonce l'arrivée prochaine d'Otto Binder à Mulhouse et sa prise de fonction. Celui-ci accepte les conditions de financement qui seront les mêmes que celles de Nicolas Bruckner.

8. Les 3 Réformateurs locaux, à savoir Jacques Augsburger, Otto Binder et Bernard Römer ont donné une excellente interprétation de la manière de célébrer le culte divin de façon chrétienne et conforme à la position divine . On devrait les employer pour cette raison. (1526)

9. Des écrits présentés au Grand Conseil (GC) de la part de certains membres du clergé ont été rejetés, car ils concernaient la diminution de leur charge de travail et l'augmentation de leur salaire. (en 1526)

10. Reconnaissance d'erreurs en Mars 1526. L'amélioration du culte divin, adoptée par le GC et les Réformateurs d'un commun accord concerne l'institution d'une école du dimanche tenue par Otto Binder et les enfants devront chanter un psaume avant et après la prédication. La communion se ferra à la demande des religieux ou des personnes présentes. Les diacres devront dire une prière qui remplacera l'office du matin, de même les processions seront remplacées par une prière commune tenue au temple aux 4 fêtes majeures et à celles des apôtres. La manière de célébrer les rameaux et la Semaine Sainte est laissée à l'appréciation du Grand Conseil. (1526 )

11. Rien ne devrait être fait sans le consentement des présidents des guildes et des autres présidents. Le Grand Conseil (GC) répond qu'avec les 3 premiers points cela semble exact, mais que ceci dépend aussi d'un vote des citoyens indispensable à son consentement ; les deux derniers points ne comportent pas de réponse. Le comportement des citoyens dépend de leur séparation en différentes factions résultant de leur position religieuse et avec un risque d'affrontement entre elles.

12. Le GC reconnaît le bien fondé de la réclamation du maître ne voulant pas chanter les complies ; il laisse les chantres libres de célébrer Terces, Sextes ou Nones ; mais par contre il n'accepte pas qu'ils ne célèbrent pas les messes votives et les Vigiles et demande qu'ils reversent leurs émoluments au GC.

13. Le Prieur de l'abbaye cistercienne de Lucelle demande au GC de libérer le local destiné à une Controverse qui n'a pas eu lieu.

14. Lettre autographe de Maitre Ulrich Zwingli de Zurich au GC.(2/11/1525). Elle concerne deux Mulhousiens (Niclaus Lienhart et Elena Brüstlein) dont les liens de mariage ont été dissous après examen de leurs positions par Zwingli et Leon Juden (né à Guémar) ; leur remariage est rendu possible et les actes sont authentifiés par le sceau des deux examinateurs.

15. Diverses reconnaissances du GC en 1525 et 1526
Le prieur de l'abbaye des Augustins peut rester en place comme travailleur. Dans le cas où il se marierait il devrait quitter. Les citoyens demandent que les prébendes, non constatées par des actes devraient être reversées au GC et les actes réellement existants conservés ; les dirigeants et aides qui s'occupent des bâtiments (Couvent) doivent rester en tant qu'aides et approvisionneurs ;
Le GC demande donc que les dividendes lui soient immédiatement reversées ; que l'affaire du cloitre soit discuté avec Bale et que le 3° (?) est licite.

16. Invitation du GC et des savants théologiens à une discussion à Baden pour assister à la controverse du DR Eck avec Zwingli et concernant son interprétation de la Bible. - Dr Eck est le chef des Théologiens papistes et a déjà entamé des discussions avec les Luthériens à Leipzig et remporté la victoire ; par contre les choses se sont moins bien passées avec Oekolampad, en l'absence de Zwingli, à Baden. -
Les 3 Pasteurs locaux demandent à améliorer la présentation des dispositions ecclésiales locales d'après celles de Strasbourg et Bale. Cela concerne les jeux, la sanctification du Dimanche, l'abandon avant divorce. Ils supplient à être déchargé d la collecte des sommes dues à l'église, car cela engendre du mauvais sang à leur encontre. (1529)

17. Écrits concernant le vécu de la Réforme : demande de bannissement du territoire Autrichien du Docteur Paulus Schnepfen, d'un greffier de la ville et d'un avocat de Fribourg (1529).

18. Demande de la ville de Bale pour aplanir les problèmes entre les citoyens. Le Greffier Yanus Handts assure qu'il n'a aucunement procédé à des discussions secrètes lors de son voyage à Bale avec le GC et n'a nullement entrepris des tractations concernant un règlement des problèmes survenus sur place. Ce n'était nullement l'opinion du GC local que la Réforme se lancerait dans un prosélytisme (?) et qu'elle ne pouvait empêcher les citoyens d'adopter la nouvelle Religion (1524)
Les citoyens de Frauenfeld demandent réparation pour un discours d'un envoyé de la ville de Mulhouse qui a proféré des insanités contre leur action. Les habitants catholiques de Brunnen sont contents de l'implication de leur GC dans sa position envers les Bandits Autrichiens, mais qu'il y a à dire sur la nouvelle religion (1525).
L'Administration autrichienne d'Ensisheim communique avoir emprisonné le prêtre desservant de Brunstatt, mais qu'elle n'en communique pas la cause (1525).

Ce travail est une synthèse de tous ces écrits. Cf : Annexes

Autres sources